Pierre-Luc Pomerleau et son Superbowl 2.0