Elles ne sont pas que des «gardiennes»