Les vétérinaires sont essoufflés par la demande