Marc Bergevin aimerait rester à Montréal, «dans un monde idéal»