[SEGMENT] Le français malmené depuis le début de la pandémie