Une première pour un laboratoire de recherche en décomposition humaine