3e vague : des patients plus jeunes et gravement malades