[LETTRE À] Il faut penser au personnel de la santé