Pénurie de main-d’œuvre : plus difficile de se faire servir en français?