Quand les ventes en ligne sauvent les détaillants de la faillite