Pensionnats autochtones : « Je le savais, c’était documenté »