On repasse l’année complexe de Laurent Duvernay-Tardif